Navigation sur le canal du midi

lundi 20 février 2012
par  Alain Ricome
popularité : 2%

En 2011 j’ai décidé de naviguer sur le canal du midi avec pour objectif, la ville de Carcassonne. Jusqu’à présent je restais sur le canal de Garonne car il faut du temps de libre pour faire de grands trajets.
A Toulouse on m’a remis un petit fascicule expliquant les modifications suite à l’automatisation du canal du midi. J’ai été vraiment surpris de voir que VNF ignore qu’il y a des navigateurs solitaires et que la majorité de ceux qui navigue et paye une vignette sont des retraités.
Le système automatique qui est mis en place sur ce canal est dangereux pour ces personnes. L’amarrage sur un ponton de 2.20 m est risqué pour le bateau et pour le ponton et en plus très difficile par temps venteux ce qui n’ai pas rare sur le midi. Des personnes jeunes et souples n’ont aucun problème pour sauter sur un ponton. Mais à partir d’un certain age c’est souvent beaucoup plus délicat.
J’ai lu dans une brochure VNF qu’il y avait 464 bateaux de loueur et 950 bateaux de propriétaire.
Mais quand on regarde la répartition du trafic , dans cette même brochure, location 78%, privés 18% passagers 7% autre 1%. Alors quelles questions devraient se poser VNF ? Abandonner les canaux aux loueurs et aux bateaux à passagers qui détruisent tout par non respect du canal ou faire en sorte que les privés puissent continuer à naviguer, qui eux respectent le canal car c’est leur façon de vivre.
De retour à ma base j’ai contacté VNF pour leur faire part de mes remarques et voila la réponse.
"L’équipage d’un bateau doit être composé au minimum de 2 personnes. L’éclusier peut être amené à refuser le passage d’un bateau avec une seule personne à bord. Le pilote doit rester aux commandes et un membre d’équipage assurera le maniement des cordes et l’amarrage du bateau.""Le bateau doit obligatoirement être amarré et le moteur doit être au point mort. Ci-dessous l’article du règlement de navigation

Tout bateau motorisé doit avoir en équipage le personnel nécessaire pour assurer sa marche et sa sécurité, suivant la nature du bateau, le lieu de sa navigation et les circonstances qui peuvent se présenter sur sa route. Cet équipage comprend au moins :

  • 1° Un conducteur, au sens de l’article 1. 02 du règlement général de police de la navigation intérieure annexé au décret du 21 septembre 1973 susvisé, âgé de plus de seize ans.
  • 2° Un matelot susceptible de participer aux manœuvres pour les bateaux de marchandises ou les péniches de plaisance lorsqu’ils naviguent en rivière ou sur les lacs, sauf dérogation prévue par les règlements particuliers pris en application du règlement général de police de la navigation intérieure ;
  • 3° Les règles complémentaires relatives à la composition des équipages des bateaux de navigation intérieure sont fixées par arrêté du ministre chargé des transports. Le conducteur mentionné au 1° du deuxième alinéa du présent article peut, pour la seule conduite de jour d’un bateau de plaisance d’une longueur inférieure ou égale à 15 mètres et dont le taux de motorisation défini à l’article 7 du présent décret ne dépasse pas l’unité, n’être âgé que de quatorze ans au moins s’il est membre d’un organisme affilié à une fédération sportive agréée et muni d’une carte de plaisance délivrée dans des conditions identiques à celles définies aux articles 15 à 18 du même décret.

En ce qui concerne l’amarrage du bateau c’est à la tête du client si on peut dire. J’ai vu une péniche à passagers avec seulement le pilote, l’éclusier a aidé à l’amarrage (ce que je ne conteste pas) puis le pilote a embrayé pour maintenir le bateau ce qui fait que toute la poussée était sur les portes d’écluse. Et cet amarrage c’est à chaque écluse équipage au complet ou pas.
Pourquoi deux poids deux mesures VNF prend des décisions un peu à la légère sans concertation alors qu’à notre époque la technique permettrait de naviguer en toute sécurité au plus grand nombre de bateaux de particuliers pour que la plaisance sur les voies navigables de France reste avant tout un plaisir et qu’il y ait de plus en plus de navigateurs pour que les canaux puissent rester en état. Si il n’y avait pas de plaisancier ce n’est pas le commerce qui ferait vivre nos canaux. mais voila il faut de la volonté !!!!!


Commentaires  (fermé)

Navigation

Articles de la rubrique